vendredi 22 septembre 2017

Chronique #54 - Lever de rideau sur Terezin



Maison d’édition : Bayard
Date de parution : 27 août 2015
Pages : 448
Prix : 14€90
Type de livre : Jeunesse
Résumé : Depuis les premières lois anti-Juifs du régime de Vichy, le dramaturge à succès Victor Steiner se terre dans un petit appartement parisien. Mais un soir, la passion du théâtre est la plus forte : il sort de sa cachette pour assister à la première du Soulier de satin à la Comédie française, et au retour il est arrêté par la police. Quelques jours plus tard, il embarque dans un train à bestiaux. On lui a pourtant dit qu'il aurait droit à un traitement de faveur... Et, de fait, en pleine nuit, on le fait changer de convoi. Dans ce nouveau wagon, plus un seul Français ; seulement des Juifs allemands. Le traitement de faveur, c'est que Steiner sera déporté dans le camp de Terezin, celui où sont parqués les Juifs "prominenten" - "importants" : artistes, intellectuels, hommes politiques, savants... A première vue, Terezin a tout d'une gentille ville tchécoslovaque : d'élégantes fortifications, des trottoirs bien propres, des parcs et même une église. Mais ses murs cachent la même violence que les barbelés de n'importe quel autre camp. Et, chaque semaine, des listes désignent ceux qui partiront à Auschwitz pour être gazés. A son arrivée, Victor Steiner a la surprise de rencontrer l'un de ses plus grands fans : l'Hauptsturmfürher Waltz, qui est également un passionné de littérature et de culture française, notamment du siècle du Roi Soleil. Et bientôt, Waltz lui passe commande... Les nazis ont autorisé la Croix-Rouge internationale à venir inspecter l'un de leurs camps de prisonniers - le plus "soft" d'entre eux : Terezin, bien entendu. A cette occasion, Waltz veut qu'un grand spectacle soit donné, dans un théâtre de Prague. Ainsi, les inspecteurs verront que le Reich n'a rien à cacher... Et qui mieux que Victor Steiner pourrait créer une formidable pièce de théâtre ? Une oeuvre inédite, dont l'action se déroulerait au XVIIe siècle, à la cour de Louis XIV, avec - pourquoi pas ? - le grand Molière lui-même... Steiner, bien sûr, n'a aucune envie d'accepter. Or, Waltz n'est pas le seul à s'intéresser à cette pièce. Bientôt, c'est le réseau de Résistance qui sévit à l'intérieur de Terezin qui contacte le dramaturge : il faut qu'il écrive cette pièce, une pièce avec le plus d'acteurs possibles, une pièce se terminant par un monologue d'un quart d'heure minimum... car le projet des Résistants est qu'à la fin du spectacle, tous les comédiens s'évadent...

Commencé le : 26 avril 2017
Fini le : 02 mai 2017
Note : 18/20

Mon avis : J’ai repéré ce roman à sa sortie, à la fois pour sa couverture mais aussi pour son sujet bouleversant. Il est longtemps resté dans ma wishlist et puis un jour, je suis tombée dessus dans ma bibliothèque. Alors, je l’ai pris, je l’ai commencé et ...

Et je l’ai trouvé magnifique, bouleversant. Il fait parti de mon top 5 des romans sur la seconde guerre mondiale. Les personnages sont touchants, que ce soit les bons comme certains des mauvais. Chacun a sa raison d’être et chacun a sa place, son rôle.

Bien que ce ne soit pas une histoire vraie, j’ai trouvé cette histoire vraiment incroyable et on sent qu’un bon travail de recherche a été réalisé. Voir à quel point les protagonistes se démènent pour rendre leur projet réalisable m’a vraiment touchée. J’ai suivi avec délectation leurs ruses pour réussir des actions qui nous paraitrai minimes actuellement mais tellement dur et complexe pour eux au vu à la fois des circonstances et des moyens mis à leur disposition.

Parmi les personnages, Victor Steiner est un de mes favoris. J’ai beaucoup aimé sa persévérance. Il y a également son jeune assistant, un jeune homme incroyablement courageux et brave. Et bizarrement, j’ai eu par moments un coup de coeur pour ce soldat allemand, qui cache bien sa nature alors qu’au contraire, je devrais le détester même si je n’étais pas d’accord avec lui tout le temps. La fin du roman m’a quand même fait de la peine pour lui.

J’ai apprécié avoir la pièce de théâtre à la fin du roman, qui permet de découvrir pour nous aussi ce spectacle, dont on parle tout le long du livre. 
Pour en revenir à la couverture, elle correspond très bien avec le roman, dont j’ai adoré l’ambiance, pas si sombre que celle à laquelle je m’étais attendue au départ.

Je conseille ce roman au plus grand nombre de lecteurs possible, surtout à des collégiens qui, je pense, devraient l’aimer !
Je n’en ai malheureusement pas entendu parler sur beaucoup de sites ou magasines et c’est bien dommage !

D’autres avis : Pretty books et L'heure de lire


mardi 19 septembre 2017

Chronique #53 - The fire between high & lo



Saga : Element
Tome : 2
Maison d’édition : Hugo & cie
Collection : New romance
Date de parution : 9 mars 2017
Pages : 322
Prix : 17€
Type de livre : Romance
Résumé : " Tout les oppose mais rien ne pourra les séparer" 

C'est l'histoire d'une amitié entre deux personnalités contraires, issues d'un milieu social différent, 
qui se transforme en une rencontre amoureuse. 
Nommé parmi les 5 meilleurs livres de l'année 2015 aux USA. 
Deux amis que tout oppose en apparence, mais qui au fond se ressemblent, brisés par des relations familiales difficiles, tombent amoureux jusqu'à devenir une drogue l'un pour l'autre. Elle a toujours été la femme de sa vie, et lui pour elle, son plus douloureux échec. Parviendront – ils à vivre l'un sans l'autre ?

Commencé le : 18 avril 2017
Fini le : 26 avril 2017
Note : 20/20

Mon avis : Après l'énorme coup de cœur que j'ai ressenti pour The air he breathes, je n'avais qu'une hâte : découvrir the fire. Alors je n'ai pas hésité à le commander dès que je l'ai aperçu sur Amazon et j'ai trépigné d'impatience toute la journée en l'attendant, pour au final attendre un bon mois avant de le commencer.

J'avais peur en fait. Peur d'être déçue et de ne pas autant aimer cette suite que j'ai pu aimer son prédécesseur. Maintenant que j'ai refermé le livre, je me demande l'espace de quelques secondes comment j'ai pu penser cela. 
Brittainy Cherry est tellement talentueuse. Elle réussit encore à me transporter, à m'émerveiller à chaque mot sorti de son imagination ! 

Bien que ce tome ne soit pas la suite de The air he breathes puisqu'il peut se lire séparément, il possède deux points commun avec le premier opus : avoir des personnages brisés avec une lourde histoire et être encore en rapport avec un élément, le feu donc cette fois-ci.

Dans ce tome, on rencontre donc Alyssa et Logan. Alyssa est une jeune femme issue d'un milieu aisé, musicienne et vit avec une mère assez sévère, son père étant absent. Au contraire de Logan, qui est un jeune homme issu d'un milieu plutôt pauvre et quotidiennement au contact de la drogue puisque sa mère est accro à la drogue et son père est dealer. Ils se rencontrent d'une façon assez spéciale puisqu'Alyssa paye les courses de Logan un jour où il n'a pas les moyens de les payer.

Alyssa et Logan me font un peu penser au yin et au yang.
L'un est essentiel à l'autre et vice versa, surtout quand on voit le quotidien de nos deux protagonistes, surtout quand on voit la vie de Logan qui est tellement dure. On se rend compte qu'ils ont besoin l'un de l'autre pour ne pas sombrer, pour trouver une raison de sourire alors que leur quotidien est brûlant d'injustice. J'ai aimé également le frère de Logan et la sœur d'Alyssa, qui ajoute un peu plus de beauté dans ce roman.

Et puis je ne pouvais pas arrêter cet article sans parler de la couverture, qui est encore une fois magnifique !
En résumé, je vous invite fortement à lire ce roman mais accompagné d'un bon paquet de mouchoirs !!

D’autres avis : Livre et évasion et my-books

lundi 18 septembre 2017

Chronique #52 - Mars



Saga : Calendar girl
Tome : 3
Maison d’édition : Hugo & cie
Collection : New romance
Date de parution : 02 mars 2017
Pages : 155
Prix : 9€95
Type de livre : Romance
Résumé : Avant de s'envoler vers sa prochaine mission, Mia retourne à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma. Elle a également rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement de sa dette, et cette rencontre n'est pas des plus sympathiques ! 
Mais la voilà déjà dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d'un restaurant italien.

Commencé le : 12 avril 2017
Fini le : 12 avril 2017
Note : 19/20

Mon avis : Après avoir fortement apprécié les deux premiers tomes de cette saga qui nous donne rendez-vous chaque mois (et je dois avouer que c’est assez excitant, j’ai l’impression d’être une petite fille qui ouvre son calendrier de l’avant :p ), j’attaque donc le mois de mars.

Je dois dire que, bien que j’ai fortement apprécié rencontrer monsieur Janvier et monsieur Février, j’attend un mois où je ne sois pas sous le charme de l’élu du mois.
Cependant, je ne peux que constater que monsieur Mars, Anthony de son vrai nom, m’a fait craqué, non pas de la même manière que Wes ou Alec. Non, c’est plutôt la beauté de ce personnage qui m’a fait craqué. 
Après avoir côtoyé un américain puis un français, notre belle Mia a donc fait la connaissance d’un italien et je m’attendais à ressentir la chaleur caractéristique des italiens, à retrouver des souvenirs de mon enfance auprès de mon oncle italien, tout comme j’attendais à assister à des jolis moments en famille, autre chose typique quand on songe à l’Italie et je suis contente de voir que c’est ce qui s’est passé. 
Les pages se sont encore tournées avec délice. 

Donc comme je disais, j’ai craqué pour Anthony. C’est vraiment une personne touchante et admirable, qui réussit à cacher son lourd secret, au risque de perdre une personne plutôt importante dans sa vie pour ne pas perdre d’autres personnes mais aussi pour sa réputation, au détriment de son propre bonheur.
Cependant, on ne peux pas toujours tout mener de front.

Quoi qu’il en soit, j’apprécie de suivre les changements de Mia. Elle grandit et s’affirme, je l’apprécie de plus en plus !
J’ai tout comme l’impression que chaque mois va apporter son lot de surprises et « d’apprentissages » à notre belle Mia et vivement avril pour voir ce qui va arriver à notre belle Mia ! 

En résumé, je ne peux que vous conseiller de lire cette palpitante aventure !




Chronique #51 - Never never tome 3



Saga : Never never
Tome : 3
Maison d’édition : Hugo & cie
Collection : New romance
Date de parution : 12 janvier 2017
Pages : 135
Prix : 9€95
Type de livre : Romance
Résumé : Silas et Charlie ont maintenant mieux compris ce qui leur arrive. Ils ont réussi à développer une stratégie pour reconstruire leur passé, découvrir ce qu'ils étaient l'un pour l'autre, s'apprivoiser à nouveau.  Ils sont sur le point, ensemble, de savoir pourquoi ils perdent ainsi la mémoire. Car s'ils ont maintenant une idée claire de ce qui se passe, la cause demeure mystérieuse.  Silas et Charlie ont appris qu'ils étaient amoureux avant ces pertes de mémoire mais que cet amour s'est brisé.  Pourront-ils aussi se retrouver au-delà de cette perte de leurs souvenirs ? Car leur amour était de ceux qui ne disparaissent jamais.

Commencé le : 12 avril 2017
Fini le : 12 avril 2017
Note : 18/20

Mon avis : J’avais prévu dans mes résolutions de début de l’année de lire ou finir un maximum de saga cette année et je suis contente d’en avoir au moins terminé une ! 
Après avoir lu les deux premiers romans de cette petite saga, je dois dire que j’étais impatiente de lire ce dernier tome. 
Impatiente de découvrir comment les aventures de notre mignon petit couple allait finir mais également un peu triste de les quitter pour de bon. 

Ce tome a vraiment été addictif, j’ai replongé avec bonheur dans l’histoire. En trois tomes, les personnages ont vraiment bien évolué, on les voit prendre, selon moi, confiance en eux mais aussi changer et prendre leur envol. Surtout Charlie, qui devient moins insupportable qu’au début, je dois l’avouer. 

Lire cette saga fut un réel plaisir, j’ai aimé cette histoire d’amour remplie de mystère, surtout l’épilogue, que j’ai beaucoup aimé !
Never Never est une trilogie que je vous conseille absolument et il me tarde de découvrir d’autres romans des auteurs, surtout celui de Tarryn Fisher !


mercredi 30 août 2017

Teaser Wednesday #11



Teaser Wednesday est un rendez-vous hebdomadaire mis en place par MizB de Should Be Reading. Il a lieu normalement le mardi (il est appelé Teaser Tuesday à la base mais je l'avais repris à l'origine pour le faire le dimanche. Néanmoins, j'ai décidé de faire ce rendez-vous le mercredi désormais, d'où le nom de Teaser Wednesday). N'importe qui peut participer ! Il suffit de faire ce qui suit :

  • Prenez votre lecture actuelle
  • Ouvrez une page par hasard
  • Partagez deux extraits de la page
  • Attention à ne pas inclure de spoilers, ne pas trop donner d'informations sur l'avancé du livre pour ne pas le dire aux futurs lecteurs
  • Indiquez le titre et le nom de l'auteur afin que l'on sache de quel livre les extraits sont tirés
  • Laissez le lien de votre article en commentaire ! Je me ferais une joie d'aller vous lire !



" - Un goût de chili. Ma tante avait fait du chili végétarien pour le dîner. C'était bon, pas trop épicé. Elle avait ajouté du sirop d'érable ... "

" - Parce que dans la version d'Action ou Vérité à laquelle je joue avec mes cousins, on a pas le droit de poser tout un tas de questions après la première. "


Petits mensonges entre copines de Barbara Dee extraits pages 106 et 107

mardi 29 août 2017

Chronique #50 - Calendar girl février



Saga : Calendar Girl
Tome : 2
Maison d’édition : Hugo & cie
Collection : New romance
Date de parution : 2 février 2017
Pages : 160
Prix : 9€95
Type de livre : Romance
Résumé : Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d'un célèbre peintre français. 
L'amour sur toile, tel est le titre de l'œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu'Alec est surprenant dans son travail et qu'il a cette manie si sexy d'utiliser des expressions françaises lorsqu'il s'adresse à Mia.

Commencé le : 11 avril 2017
Fini le : 12 avril 2017
Note : 20/20

Mon avis : Après avoir autant aimé le premier tome, j’ai donc voulu découvrir la suite des aventures de Mia ! Bien qu’ayant énormément de livres dans ma pile à lire, liste qui augmente malheureusement chaque jour, j’ai décidé de quand même lire ce livre, que ce soit à cause de mon impatience de faire la rencontre de monsieur Février, mais aussi pour rattraper mon retard.

Je ne pensais pas aimer encore plus ce tome que le précédent et pourtant, c’est chose faite ! J’ai vraiment apprécié continuer à suivre les aventures de Mia, qui cette fois ci, se retrouve en compagnie d’un de nos compatriotes ! Alors certes, Alec ne peut pas arriver à la cheville de Wes mais cependant, j’ai vraiment adoré ce personnage et son caractère ! 
Bien qu’aux premiers abords, il m’a paru assez bizarre, j’ai cependant changé d’avis petit à petit !
Alec est donc un peintre français qui décide de faire de notre héroïne sa muse et chaque scène l’impliquant en muse a été un plaisir à lire ! 
J’ai aimé sa façon de voir les relations qu’il a avec les femmes, sa façon de les considérer !
J’ai surtout trouvé que grâce à ce fameux artiste, Mia grandit et prend plus confiance en elle, ce qui lui manque beaucoup ! 

Le seul bémol concernant ce roman est le fait que je trouve qu’elle se jette trop vite dans les bras d’Alec après avoir tellement craqué pour Wes mais également que certaines scènes puissent être redondantes :/

Malgré ça, je n’ai qu’une hâte, c’est de continuer les aventures de Mia et de découvrir comment se passera son mois de mars !




Chronique #49 - Je m'appelle Marie



Maison d’édition : Gallimard jeunesse
Collection : Scripto
Date de parution : 8 septembre 2011
Pages : 285
Prix : 11€20
Type de livre : Témoignage
Résumé : Février 1943. Parce que son père a des ancêtres juifs, Marie, dix-sept ans, et sa famille font partie des parias de la société. Pour autant, Marie n'est jamais allée dans une synagogue et le mot « juif » n'a aucune signification pour elle. Cachés près d'Avignon, les parents, Jacques et Jacqueline, et leurs trois filles sont dénoncés et incarcérés à la prison St Pierre à Marseille, puis transférés à Drancy fin août 1943. Malgré ses tentatives pour prouver la non-judéité de Jacqueline et de ses enfants, la famille, sur le point d'être libérée après un séjour au camp Lévitan de Paris, sera déportée à Auschwitz et exterminée en février 1944. Antoine, le frère de Marie, fut le seul survivant de cette tragédie familiale. Il était aussi le père de l'auteur de ce récit. 

Commencé le : 03 avril 2017
Fini le : 11 avril 2017
Note : 18/20

Mon avis : J'ai eu la chance de rencontrer Jacques Saglier il y a quelques années lors d'un salon du livre et son livre m'avait fortement intéressée, en partie car je suis assez intéressée par l'histoire et notamment par cette période assez dramatique. 
Mais aussi car monsieur Saglier m'avait tellement parlé positivement de ce livre que forcément, j'ai pas longtemps résisté avant de le mettre dans ma wishlist.
Malheureusement, Jacques Saglier n’est plus de ce monde et c’est bien triste, j’aurai vraiment adoré échanger à nouveau avec lui !

Dans ce roman, on suit donc les aventures et déplacements de Marie et de sa famille, qui se retrouvent arrêtés pour le seul motif qu'ils sont juifs. Ce qui m'a le plus marqué dans ma lecture, c'est la force qu'ils dégagent et le courage dont ils font preuve, ne se laissant pratiquement jamais abattre.
J'ai été happée dans l'histoire au point où j'ai eu l'impression de vivre certains moments, grâce à la façon d'écrire de l'auteur. Ses personnages ont prit littéralement vie dans mon cerveau !
Et de savoir en plus que c'est une histoire vraie rend l'histoire encore plus bouleversante et réelle.
J'ai particulièrement apprécié découvrir les documents présents au fil des pages.

Je m'appelle Marie a beau être encore une histoire sur les juifs, comme il en existe tant d’autre, il n'empêche qu'elle reste différente des autres et aussi unique et touchante que l'es chaque histoire. Il ne faut jamais oublier que chaque personne est unique.